La prévention des morsures de chien chez l'enfant

Comment placer l'enfant dans une position supérieure au chien ?

 

 

Prenons garde tout d'abord à la dérive anthropomorphique (projection de nos pensées sur l'animal) : toute interprétation impliquant des analyses, des constructions abstraites, des situations ou des faits dissociés dans le temps, est sans doute inaccessible à son esprit, ou du moins ne peut-il l'élaborer de la même manière que nous. Cela oblige à écarter toute idée de jalousie : le chien vit dans un univers structuré, les règles hiérarchiques en sont la base, et s'il conteste une priorité il n'est pas «jaloux», mais demande le respect de l'ordre établi tel qu'il le perçoit.

 

 

Il s'agit donc de définir clairement les places respectives du chien et de l'enfant, sans idée de justice ou d'infidélité : ces notions sont trop abstraites, et le chien vit dans le présent. Lorsque le présent impliquera un nouveau partenaire, la place relative de chacun conditionnera ses comportements.

 

 

Pour que le chien puisse accepter de céder la place à plus élevé que lui, ses zones de refuge (panier, couverture…) devront être respectées de tous, adultes et enfants. N'imaginez donc pas lui imposer la présence de votre enfant lorsqu'il est couché dans son panier parce qu'il est calme ; cette intrusion le mettrait mal à l'aise.

 

 

S'il paraît nerveux à l'approche de l'enfant, évitez de lui parler doucement ou de le caresser, il pourrait prendre cela comme une validation de son comportement ; rester aussi neutre que possible permettra au chien d'analyser la situation, et d'en tirer ses propres conclusions. S'il désire alors se retirer, laissez-le faire.

 

 

N'hésitez pas à appeler le chien pour un câlin lorsque vous portez votre enfant, ce dernier sera alors élevé à votre position hiérarchique, il en sera renforcé. Procédez de même pour donner des ordres au chien. Cette utilisation des placements individuels dans l'espace est très utilisée par les chiens, qui forment ainsi des coalitions indiquant clairement de quel côté chacun se situe.

 

 

De même en cas de réprimande de l'enfant, que ses actes soient ou non en rapport avec le chien, partez du principe que «le chien a toujours tort». Faites quitter la pièce au chien, fermement, avant de vous expliquer avec l'enfant. Bien sûr ce n'est pas «juste», mais vous éviterez ainsi que le chien soit tenté de jouer un rôle éducateur dans une situation similaire en votre absence.

 

 

Enfin, et c'est au moins aussi important, associez votre enfant à toutes les activités que le chien apprécie ; évitez même de vous y livrer en l'absence de l'enfant. De cette façon, votre chien associera l'enfant à des contextes positifs, ce qui facilitera l'intégration du nouvel arrivant, et conduira votre chien à manifester du plaisir à sa présence.

 

 

Notons au passage que dans le cas de l'enfant arrivant dans la famille alors que d'autres enfants et le chien sont présents, toutes ces mesures sont utiles, le chien prendra ainsi rapidement une place confortablement dépendante.

 

Heureux comme

Chien et Chat.

Comportementaliste

Education canine

06.15.01.21.29

 

agressivite-chien
Chien agressif

Agressivité

chien-destruction
Le chien destructeur

 

Destructions

Depression-canine
Le chien depressif

 

Dépression

anxiété chien
Le chien anxieux

Anxiété